0,00 EUR

Votre panier est vide.

Le shamrock est partout.

Comme la couleur verte.
Et noire.

Vous n’êtes pas à Dublin pour le festival et le point d’orgue,
le défilé à travers la ville ? 
On vous dit tout pour célébrer cette fête.
St Patrick version Mordu Magazine ?
C’est du Stout, des beaux paysages, des recettes typiques !

On commence par St Patrick

Le comble est qu’il n’était pas irlandais. Ses parents étaient
romains et il est né, semble t il dans un village de Grande-Bretagne,
en 389 après JC.

A 16 ans, – il s’appelle alors Succat- il est kidnappé
lors d’une rafle organisée par le roi irlandais « Niall aux
neuf otages », et est vendu en tant qu’esclave. Il se retrouve
à travailler comme berger pendant six ans sur le Mont
Slemish, dans le comté d’Antrim. A l’époque, les pirates irlandais
avaient coutume d’attaquer la côte occidentale de la Grande-Bretagne,
ce qui explique qu’on a longtemps considéré que Patrick
devait être originaire du sud du Pays de Galles, probablement
de la vallée du fleuve Severn, ou encore du Gloucestershire.
Les chercheurs modernes considèrent plus probable qu’il ait
été originaire du Strathclyde.

Au bout de six ans, Patrick réussit à échapper à son maître,
Michu, et à regagner la Grande Bretagne. Selon la légende,
c’est dans un rêve qu’il a la révélation qu’un navire
l’attend pour l’y ramener. Selon Patrick lui-même, il a
ensuite un autre rêve d’une importance fondamentale,
dans lequel la Voix de l’Irlande lui demande d’y retourner
en tant que missionnaire chrétien. D’après certains
témoignages, il se rend en France pour y poursuivre des
études et devenir missionnaire au monastère d’Auxerre,
près de Paris, avant d’être ordonné prêtre. En 432, devenu
évêque et portant le nom de Patricius, il est alors envoyé
par le Pape en Irlande afin de prendre le relais d’un
précédent missionnaire, l’évêque Palladius

Au cours des deux ou trois décennies qui
s’écoulent jusqu’en 462, Patrick lui-même ou ses
disciples parviennent en tout cas à atteindre les quatre
coins de l’Irlande, et à lui laisser un héritage durable : dès
la fin du 5e siècle, l’Irlande en effet devenue une nation
chrétienne. Et dès cette époque, Patrick est déjà devenu
une figure
légendaire.

Le Stout

Illustration Ludwick Hernandez- Ateliers de dégustation de la bière – Hachette

On le sait, les brunes ne comptent pas pour des prunes !
Focus sur LE style de bières brune, et même quasiment noire, le Stout.
Une bière légère ( oui !!!) torréfiée, mince et sertie d’amertume de
café. On aime sa mousse si crémeuse et blanche, on aime tout
le rituel irlandais attaché au style. On adore dénicher des Stouts !

Avec quoi boire un Stout?
A la terrasse sous le soleil avec des chips de betterave
Ou des dés de boudin noir occitan
A table avec un welsh
Côte fromage, du bleu !
Côté desserts : une panacotta fruits rouges !

Le shamrock

C’est en réalité une variété du trèfle à trois
feuilles (qu’il s’agisse du trifolium repens, du trifolium
pratense ou surtout du trifolium dubium, selon les classes
botaniques) qui ne diffère de l’apparence habituelle que
parce qu’il est cueilli tôt au printemps. Il n’est pas propre
à l’Irlande : on trouve le trifolium dubium en Scandinavie,
dans le Caucase, et même en Amérique.

Quel est le rapport entre le shamrock et la St Patrick ?
Selon la légende, c’est pour expliquer le principe
triangulaire de la Sainte Trinité au Roi Laoghaire (roi païen
dont le nom se prononce « Leary ») que St Patrick trouva
dans le trèfle à trois feuilles un accessoire didactique
précieux. Les trèfles à quatre feuilles ne pouvaient
évidemment être pris en compte, car ils auraient créé de
gros problèmes théologiques !

Au bout du monde

Ardgroom, péninsule de Beara

Direction la péninsule de Beara, pour avoir l’impression d’être
« au bout du monde ». L’endroit est sauvage, avec des villages
pittoresques et des criques cachées. Beara est une péninsule
caractérisée par son isolement à l’extrême sud-ouest de l’Irlande,
où le silence est une vertu.

L’Irish coffee

Crédit photo Nathan Dumlao

Son histoire
Le café irlandais – ou Irish coffee – a été inventé à Shannon en 1943.
A cette époque, des hydravions faisant le trajet entre les USA et
l’Europe passaient par le vaste espace navigable de l’estuaire de
Shannon afin d’amerrir à Foynes, dans le Comté de Limerick,
ainsi que nous l’apprend le Musée des hydravions de la ville.
Et à leur débarquement de leur hydravion, les passagers,
transis de froid et de fatigue, se voyaient offrir un bon Irish
coffee chaud et réconfortant pour les soulager de leur peine.
Aujourd’hui, tous les mois d’août, Foynes accueille le Festival
de l’Irish coffee et organise une compétition pour décerner
le titre de « Champion du monde du meilleur Irish coffee »

De la crème, épaisse comme l’accent du terroir irlandais.
Du café, du sucre, du whiskey irlandais, tourbé comme
la terre d’Irlande.

Sa préparation
Réchauffez un verre à whisky. Versez-y une mesure de
whiskey irlandais. Ajoutez deux cuillérées à café de
sucre roux, puis complétez avec du café noir et fort
jusqu’à 2 ou 3 centimètres du sommet du verre.
Remuez pour diluer le sucre, puis rajoutez une
crème légèrement fouettée afin qu’elle flotte
jusqu’au sommet du verre. Le secret consistera
alors à boire le café chaud à travers la crème fraiche.

L’Irish Stew

Le ragoût irlandais – ou Irish stew – est le plat irlandais
le plus connu à travers le monde. Ce plat est
traditionnellement préparé à partir de mouton,
de pommes de terre et d’oignons, mais de nos jours
certaines recettes remplacent le mouton par de l’agneau,
et ajoutent carotte et orge perlé pour donner de la couleur
et du goût. Un bon Irish stew se doit d’être épais et crémeux.

Ingrédients
1,5kg d’épaule ou de collier d’agneau ou de mouton
paré et découpé en gros cubes 1kg de pommes de terre
coupées en grosses tranches
1⁄2 bouquet de persil haché finement
500g d’oignons coupés en tranches fines
Sel et poivre

Préparation
Préchauffez le four à 120°C (niveau du gaz 1/2).
Placez le mouton ou l’agneau, les pommes de terre,
le persil, et les oignons dans une marmite a couvercle
et assaisonnez généreusement en sel et en poivre.
(Il est possible de placer les ingrédients par couches,
en commençant et en terminant par une couche de
pommes de terre, et en assaisonnant à chaque niveau.)

Ajoutez suffisamment d’eau pour couvrir tout juste
l’ensemble des ingrédients. Faites frémir à feu doux
(sans laisser bouillir), recouvrez et placez la marmite
dans le four. Laissez cuire entre 2h30 et 3h, jusqu’à
ce que la viande soit très tendre et que le ragoût soit
épais, en rajoutant un peu d’eau s’il se dessèche.

Pour préparer votre voyage en Irlande

Côté bières, tourisme ou gastronomie, consulter ce site

spot_imgspot_img

Newsletter

Articles liés

Les plus beaux châteaux forts d’Alsace

Photographiés par Lucas Ruch, passionné par le patrimoine castral....

Sa majesté le petit pois

Petits pois, lardons et pavé de cabillaud Dans sa rubrique...

Secouer le cocotier : tout le monde est concerné

C’est un exercice un peu particulier pour nous de...

Les asperges toujours fidèles au rendez-vous

C’est le moment de choisir l’asperge, numéro 1 dans...
spot_imgspot_img